CES 2015 : Vigipen, la seringue connectée qui va changer la vie des diabétiques

  • 06 janvier 2015
  • Blog

Outre le danger qu’il représente, le diabète est maladie qui nécessite un suivi fastidieux via un carnet d’auto-surveillance. Le Vigipen de Vigilant fait disparaître ce dernier.

Les objets connectés servent souvent à des choses futiles, mais dans le domaine médical ils ont le potentiel d’améliorer véritablement la vie des gens. C’est le cas du Vigipen de Vigilant, une marque historiquement suisse mais passée sous giron français depuis peu. Sous le nom de Vigipen se cache une seringue connectée à destination des diabétiques. Et si le diabète n’est pas le sujet de prédilection de 01net, il empoisonne pourtant la vie de millions de personnes.

Vigipen, pour faciliter la mesure

« Un diabétique est souvent un peu tricheur : avant d’aller voir son médecin, il remplit son carnet d’auto-surveillance de données un peu bidons », explique Laurent Nicolas, directeur marketing de Vigilant. les personnes diabétiques doivent en effet mesurer parfois plusieurs fois par jour leur taux de sucre dans le sang. Si ce taux est bas, il faut manger sucré pour éviter les hypoglycémies, s’il est trop haut, c’est le shoot d’insuline. Les taux, les injections, les horaires… tout cela doit être scrupuleusement noté dans le fameux carnet d’auto-surveillance. Un travail fastidieux que le Vigipen fait à la place du patient.

Seringue connectée

Concrètement, le Vigipen communique avec le smartphone via le Bluetooth. D’un côté il effectue la mesure de glycémie du sang – une micro-piqûre – de l’autre il dispose d’une seringue plus conventionnelle qui injecte l’insuline. Doté de capteurs, le Vigipen envoie les mesures de glycémie et les quantités d’insuline injectée au téléphone qui sert alors de carnet d’auto-surveillance. Un carnet que le patient n’a donc plus besoin de remplir. Pas besoin d’être diabétique pour imaginer le confort que représente le fait de se débarrasser d’un carnet que les intéressés devaient jusqu’ici emporter partout avec eux.

Observance médicale et télé-ordonnance

Outre son côté « scribe numérique », le Vigipen qui concentre les données médicales permet aussi de les partager, avec la famille proche dans le cas d’une personne âgée, avec une communauté de patients sur des forums spécialisés mais surtout avec le médecin. Un médecin qui dispose donc d’informations médicales fiables et régulières, ce qui améliore la qualité du suivi et l’observance médicale qui s’en suit. De plus le médecin peut, sur la base de ces données objectives, n’avoir recourt qu’à des télé-ordonnances ce qui évite au patient de se déplacer trop souvent. Là encore, c’est une contrainte supplémentaire qui saute.
Basé sur une première génération de tracker de diabète appelé Bee déjà lancée par Vigilant mais qui nécessitait quelques actions manuelles, le Vigipen est la première solution 100% automatisée de suivi des diabétiques. Vigilant n’annonce pas encore de date de commercialisation, ni de prix ferme (autour de 200 € a priori) mais une chose est sûre : le Vigipen peut potentiellement améliorer la vie de millions de personnes. Voilà de quoi donner ses lettres de noblesse à l’expression « objet connecté » !
Source : http://www.01net.com/editorial/639439/ces-2015-vigipen-la-seringue-connectee-qui-va-changer-la-vie-des-diabetiques/